Le Big Data, un marché français mature ?

Dans un article paru en août 2015, le site Zdnet avance que le marché français des Big Data a connu un développement tangible depuis 2 ans. Selon ce site, de plus en plus de projets sont avancés en Big Data et en analytique, mais qu’en est-il vraiment de l’engagement des entreprises à les concrétiser ?

Du point de vue de JEMS, cette tendance est à nuancer. Explications.

Le Big Data, un marché français mature ?

Les Big Data en chiffres : une évolution de la demande

L’article indique via une étude IDC une croissance en augmentation du marché des Big Data en Europe de l’Ouest. Cette croissance évoluerait à hauteur de 24,6% entre 2014 et 2018. Avec un marché français du Big Data « entreprises » estimé à 285 millions d’euros en 2014, l’analyse projette une croissance de ce chiffre à 652 millions en 2018.

Une autre étude de la société Markess place l’analytique comme le cœur de cible des directions métiers et leurs demandes : sur un échantillon de décideurs français, plus de 80% d’entre eux sont convaincus que ces fonctions analytiques leur apporteront de fortes améliorations dans leurs activités.

Une maturité du marché toute relative

Cependant sur les entreprises sondées de l’étude IDC, seules 24% ont commencé à mettre une solution en place. Aux États-Unis, cette part était de 47% des entreprises en 2014.

Pour le reste, 20% sont en évaluation, et 56% des entreprises n’ont pas encore cherché à évaluer l’intérêt de mettre en place un projet Big Data. Une majorité d’entre elles n’a donc pas encore mesuré le ROI qu’elles peuvent tirer de ces solutions.

De même, il n’y a pas de mention chiffrée de l’évolution du comportement client des Big Data.

« Pour nous, s’il est admis que les entreprises françaises reconnaissent que les Big Data sont devenues « un moteur de croissance à part entière », ça ne veut pas dire que nous sommes arrivés à maturité en terme de développement des projets. »

Dans une étude du cabinet EY sur les Big Data en France sortie à la même période, une majorité d’entreprises (63%) déclare ne pas avoir de vision claire des apports des Big Data. Au final, ce sont seulement 17% des entreprises qui sont matures sur le sujet, principalement des secteurs de la grande distribution et les Telecom, Médias & Technologies.

Hésiter à investir dans les Big Data coûte cher aux entreprises françaises

Nous savons par expérience que les entreprises françaises restent réfractaires aux risques et investissent encore trop peu dans les technologies Big Data.

À l’heure actuelle, trop peu d’entre elles se posent les bonnes questions. Selon notre propre constat, la plupart veulent des solutions techniques à leur projet et font des demandes sur les capacités de traitement. Mais ces entreprises ne sont pas assez matures dans l’exploitation de leurs données clients. Elles manquent d’une vision à long terme. Il faut pouvoir se projeter pour savoir pourquoi il faut commencer à construire dès aujourd’hui afin d’obtenir les résultats de demain.

« Aux vues des avantages tirés par la mise en place des solutions Big Data des entreprises étrangères, nous accusons un retard dans la décision d’installation mais également dans la méthodologie d’usage des données. »

À l’exception de quelques grands acteurs lancés depuis plusieurs années dans l’utilisation des flux de données, les décideurs commencent enfin à voir ce qu’ils peuvent attendre de ces solutions. Il est donc grand temps de concrétiser l’usage des solutions Big Data.

La dénonciation d’une pénurie de compétences

Comme nous l’avons vu dans un autre article, les entreprises françaises se concentrent encore trop sur les POC sans se décider à installer des solutions Big Data. Les bonnes pratiques sont encore à développer.

Ce qui ne veut pas dire que nous soyons en retard en termes de compétences techniques. Toutes nos grandes écoles ont mis sur pieds des cursus de formation depuis plusieurs années déjà. Les étudiants travaillent sur les nouvelles technologies et acquièrent des compétences techniques avant d’arriver sur le marché.

En parallèle, les acteurs professionnels du milieu comme JEMS ont lancé des initiatives pour développer ces compétences : l’apprentissage de bonnes pratiques via des use-case permet d’unifier les savoir-faire dans une vision projet plus large.

En début d’année, MapR a lancé une formation Hadoop gratuite, et des conférences techniques sur les retours d’expériences et solutions mises en place (pilotes Hadoop) se sont multipliées. Les business cases permettent de comprendre les attentes des clients vis-à-vis de leurs données mais aussi les enjeux et les solutions à mettre en œuvre.

Les chiffres avancés montrent la croissance potentielle et l’intérêt grandissant des entreprises pour le sujet des Big Data. Malgré cette accélération celles-ci sont encore peu nombreuses à franchir le cap et à investir dans le lancement de projets Big Data.

Partager :
Partager sur Twitter
Partager sur LinkedIn
Partager par email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *